Tribune

Le sol vivant : socle d’une agriculture optimiste

Par & & & -


Tout notre système alimentaire vient du sol et tous nos efforts pour l’améliorer doivent être fondés sur la renaissance de ce précieux patrimoine. La qualité du sol, et de ceux qui s’en occupent, permet, permettra, la grande transition alimentaire et sociétale dont nous avons besoin. Peu de sujets ont autant d’incidences sur notre futur commun : écologie, santé, social, économie.

Au nom de 5% d’agriculteurs invisibles et pourtant présents sur l’ensemble du territoire, nous souhaitons affirmer que le souci premier est le sol. Nous sommes gros, petits, de gauche, de droite, bio, conventionnels, circuits courts, circuits longs et parfois même en court circuit, notre boussole  est le sol vivant, celui qui nous donne des produits riches en nutriments, goûteux, équilibrés, nourrissants, aux senteurs et aux saveurs incomparables.

Si nous souhaitons nous exprimer, c’est pour parler des états généreux d’une alimentation ni punitive ni réductrice ni clivante issue de paysages prospères choyés par des agriculteurs optimistes, agriculteurs iconoclastes et inclassables se retrouvant finalement les premiers de la classe, ayant su faire le choix du végétal permanent pour produire ET protéger: agroforesterie et couverts végétaux autrement dit agroécologie.

Toutes les filières sont concernées, nous rappelons que l’on sait aujourd’hui faire une agriculture fondée sur le génie végétal plutôt que sur l’apport mécanique et chimique, sur la fertilité plutôt que la fertilisation et atteignant une vraie performance sans être astreint par les paradigmes du productivisme. Une agriculture de résilience, une agriculture non pas de la sanction mais de la proposition, du partage, de la mutualisation, bref de la coopération où la biodiversité est le moteur des rendements ou les masses d’eau sont protégées, le carbone stocké durablement dans les sols, où l’acte de produire n’est pas un combat mais une complicité et une opportunité, un véritable projet de Société.

Arnaud Daguin, cuisinier, conseil / Alain Canet, agronome et agroforestier / Konrad Schreiber, agronome  / François Mulet, maraicher didactique

Crédit photo : Arthur Buresi