Modes alimentaires

A table !

Mangerons-nous encore ensemble demain?

Par -


Dans la plupart des sociétés humaines et dans la nôtre en particulier, refuser un aliment offert revient à refuser la relation, à s’extraire du cercle des convives et du groupe, signifie la méfiance et appelle l’exclusion. Or, dans le monde contemporain, il semble que des individus de plus en plus nombreux revendiquent une alimentation particulière pour des raisons diverses : médicales (allergies et intolérances), sanitaires (régimes divers), sociales et culturelles (pause-déjeuner écourtée), éthiques, politiques ou spirituelles (végétarismes, prescriptions ou proscriptions religieuses).

manger ensemble

Cette revendication ne signale-t-elle pas une remise en cause, au nom de l’individu, de ce qui pouvait passer pour un fondement de la socialité : le partage et la commensalité ? Renoncerons-nous à toute forme de commensalité ou saurons-nous inventer de nouvelles configurations, suffisamment souples mais suffisamment ritualisées pour donner un sens convivial à l’expérience de la table commune ?

Pour en parler,
Claude FISCHLER est sociologue. Il a dirigé l’Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporaine (IIAC) pendant de nombreuses années. Ses travaux portent sur l’alimentation contemporain, dont notamment le partage et les formes du manger ensemble et leur évolution à l’âge de l’individualisme. Il aborde ces thèmes dans une perspective comparative interculturelle en utilisant l’arsenal des méthodes des sciences sociales.