Gaspillage alimentaire

Débats à Bordeaux So Good

Gaspillage alimentaire : la chasse est (enfin) ouverte

Par -


Gaspillage alimentaire, situation des paysans ou état de la critique gastronomique, Alimentation Générale mettra en débat ces sujets durant Bordeaux So Good, la toute nouvelle manifestation culinaire de la ville.

Waste_not_want_not_WWI_poster 2

Gaspillage alimentaire : la chasse est (enfin) ouverte
Samedi 29 novembre à 18h à Darwin, en lien avec la Journée nationale de collecte de la Banque Alimentaire.
Les chiffres pour la France sont éloquents : Jusqu’à 30% de la production alimentaire est gaspillée, perdue ou jetée entre le champ et l’assiette et 7kg de déchets alimentaires par an et par personne partent à la poubelle non consommés et encore emballés. Bien sûr, une meilleure éducation des plus jeunes, une activation de réflexes de civisme générant une attention soutenue, des campagnes de sensibilisation, des émissions événementielles comme celle produite récemment par M6 à Lille peuvent sans doute corriger largement les comportements individuels. Mais la somme de ces individus constitue-t-elle une masse critique changeant la donne pour la planète ?

Ouverture du débat : Jean-Marc Gancille, cofondateur de Darwin éco-système.
Pour en parler : Bruno Parmentier, ancien Directeur Général de l’Ecole Supérieure d’Agriculture d’Angers, auteur de Nourrir l’humanité, les grands problèmes de l’agriculture mondiale au XXIème siècle, Manger tous et bienFaim Zéro : en finir avec la faim dans le monde.
Bruno LHOSTE, ingénieur, notamment auteur de La Grande (sur-)bouffe, pour en finir avec le gaspillage alimentaire
Sandrine ROUMAT, chargée du développement durable à Auchan Mériadeck
Philippe ETCHEBEST, chef, vient de participer à l’événement de M6  sur le gaspillage alimentaire à Lille. 

banquet

Le débat sur le gaspillage alimentaire sera suivi par un banquet,
Les ordures passent à table! au magasin général de Darwin à 19h30
Avec Philippe Etchebest et Lorenzo Toni, chef du Magasin général

Alimentation Générale donne aussi rendez-vous pour les débats :

Gastronomie, tous critiques? samedi 29 novembre à 14h
Longtemps, la révolution numérique a semblé neutre pour le monde de la restauration. Michelin et Gault & Millau restaient les maîtres de la notation et par conséquent d’une bonne partie de la fréquentation et du chiffre d’affaire. Bien sûr quelques sites internet par-ci par-là donnaient d’autres avis, mais leur influence restait marginale. Et puis les smartphones sont devenus de puissants appareils photos pendant que Facebook et Twitter permettaient à des communautés indépendantes de se former en temps réel. Après tout, nous avons tous un avis sur ce que nous mangeons, comme nous avons un avis sur la qualité d’un film ou d’une exposition. Ce bouche à oreille 2.0 a ainsi considérablement modifié les rapports entre chefs et clients, pour le bien de tous ?

Pour en parler : Anne Lataillade, animatrice du blog Papilles & Pupilles
Jacques BALLARIN, journaliste, critique gastronomique à Sud-Ouest
Virginie FELIX, journaliste spécialisée food à Télérama (sous réserve)
Vivien DURAND, Chef, Le Prince Noir à Lormont

Paysans, un métier d’avenir? dimanche 30 novembre à 14h30
Selon le recensement agricole de 2010, la France comptait 604.000 chefs d’exploitations et co-exploitants agricoles. Dix ans auparavant, ce chiffre était de 750.000. Depuis, il continue à baisser et les agriculteurs s’apprêtent à passer en dessous de la barre des 3% de la population active. Et pourtant. Le Salon de l’Agriculture bat des records de fréquentation, la Politique Agricole Commune (PAC) qui représente plus de 40% des dépenses de l’Union Européenne, n’a jamais été autant discutée, et les initiatives innovantes en matière de production et de distribution n’ont jamais été aussi nombreuses. Le métier de paysan serait-il alors irrémédiablement voué à n’être exercé que par des industriels ou d’aimables bobos épris de retour à la terre ? Les enjeux ne sont pas si manichéens.

Pour en parler : Arnaud Daguin, chef, consultant, militant d’une agriculture définitivement biologique, il défend avec brio les nécessaires changements pour être à même de nourrir la planète en 2050
Anne & Thierry HERPIN, fondateurs de La Ruche qui dit oui Bordeaux
Bernard ARTIGUE, Président de la Chambre d’agriculture de Gironde
Bérénice WALTON, éleveuse de bovins,
Franck BARBIERI, association des Bouchers abatteurs de la Gironde

Débats conçus et animés par Alimentation Générale en partenariat avec Bordeaux So Good et Sud-Ouest Gourmand

Bordeaux So Good
28-30 Novembre 2014
Bordeaux