Politique

Macron convoque la grande distribution au bord de la crise de nerfs

Par -


Au moment où Emmanuel Macron déclarait cet après-midi à l’attention de la grande distribution que  « S’il n’y a pas de changement dans les dernières semaines de négociations, nous dirons aux consommateurs citoyens français qui fait quoi » on découvrait des images quasi d’émeute dans un Intermarché de Moselle suite à une promotion de 70% sur des pots de 950 grammes de pâte à tartiner Nutella. De crise en crise, l’alimentation expérimente également la crise de nerfs.

Emmanuel Macron a annoncé jeudi que le gouvernement réunirait distributeurs, industriels et agriculteurs pour discuter des négociations commerciales et a menacé de dénoncer ceux qui ne respecteraient pas les bonnes pratiques. Les secteurs de la distribution, de l’agroalimentaire et les producteurs agricoles ont signé le 14 novembre une charte de bonne conduite, censée permettre une meilleure répartition de la valeur entre les acteurs de la chaîne et arrêter la guerre des prix, en attendant le projet de loi issu des États généraux de l’Agriculture. La charte, « est-ce qu’elle est respectée? Je n’en ai pas le sentiment aujourd’hui. Les bruits que j’entends ne sont pas encourageants« , a relevé le président. « La confiance doit se construire à l’épreuve des faits, c’est pourquoi dès la semaine prochaine, je souhaite que les ministres de l’Agriculture et de l’Économie réunissent l’ensemble des acteurs, soient très clairs sur les conditions commerciales« , a dit M. Macron, qui a également évoqué des « contrôles renforcés« .

Validant ainsi la toute puissance des distributeurs dénoncée dans notre interview d’Olivier Mével qui parlait de violence commerciale et par Barilla et General Mills qui déploraient ici le climat des négociations commerciales, on apprend qu’une promotion de 70% sur des pots de 950 grammes de la pâte à tartiner Nutella, proposée jeudi par l’enseigne Intermarché, a provoqué tensions et bousculades dans des magasins du Grand Est. « C’était une émeute« , a décrit à l’AFP une employée d’un Intermarché à Forbach (Moselle), préférant rester anonyme. « Les gens se sont rués dessus, ils ont tout bousculé, ils en ont cassé. C’était l’orgie ! On s’est fait lyncher, on était à deux doigts d’appeler la police« , a-t-elle soupiré.

Le pot de Nutella vendu à marge zéro toute l’année

L’enseigne de la grande distribution Intermarché propose depuis jeudi, et jusqu’à samedi, une promotion de 70% sur la célèbre pâte à tartiner à la noisette produite par l’entreprise agroalimentaire italienne Ferrero. Le pot de 950 grammes est vendu 1,41 euro au lieu de 4,50 euros. D’immenses files d’attente s’étaient formées devant les portes jeudi matin avant l’ouverture des magasins. « A -70%, c’est un pousse-au-crime et on casse l’échelle de valeur. Le client se dit que si le pot de Nutella peut être vendu à -70%, c’est que le reste de l’année, on marge énormément, alors qu’il est vendu à marge zéro toute l’année…« , a observé, sous couvert d’anonymat, un employé d’un Intermarché à Revigny-sur-Ornain (Meuse) pendant que « La société Ferrero « déplore cette opération et ses conséquences qui créent confusion et déception dans l’esprit des consommateurs« .

Ainsi quand la machine s’emballe, c’est tous les maillons de la chaîne qui trinquent. Évidemment pour des raisons que l’on peut décrire techniquement mais aussi parce que la psychologie des personnages est atteinte et que les nerfs lâchent.