Politique

Les États généraux de l’alimentation se concluent sur une note acide

Par & -


Les Etats généraux de l’alimentation se concluent jeudi sur une note acide avec une nouvelle affaire: Lactalis, le plus gros industriel laitier français, a annoncé un rappel massif de produits pour raisons sanitaires.

Les cinq mois de travaux des Etats généraux devaient d’abord trouver des solutions à la crise agricole, mais la transition agro-écologique de l’agriculture, la qualité de l’alimentation et la lutte contre les problèmes sanitaires qu’ils soient accidentels ou frauduleux, font également partie des débats. Comme en écho, le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert a d’ailleurs évoqué lors de son allocution d’ouverture la « prise en compte de l’alimentation comme déterminant majeur de la santé ».

La crise que traverse Lactalis illustre l’importance de ces sujets. Suite à la découverte de salmonelles, et après deux retraits partiels dans les derniers jours, le groupe a décidé d’appliquer le principe de précaution maximal en retirant l’ensemble des produits infantiles et nutritionnels fabriqués ou conditionnés depuis le 15 février 2017 dans son usine de Craon en Mayenne. Dans la journée, la ministre de la Santé Agnès Buzyn doit s’exprimer ainsi que son collègue de l’Environnement Nicolas Hulot.

Projet de loi d’ici la fin du premier semestre 2018

Les débats seront conclus par le premier ministre Edouard Philippe qui dévoilera le projet de loi censé équilibrer les relations commerciales entre agriculteurs, transformateurs et distributeurs, tout en ouvrant des pistes pour assurer la transition écologique de l’agriculture demandée par la société civile. Première mesure très attendue, le gouvernement va imposer aux distributeurs un seuil de revente à perte de 10% sur les denrées alimentaires dans une loi qui sera votée d’ici à la fin du premier semestre 2018, a indiqué M. Travert. En clair, les supermarchés seront obligés de revendre au minimum tout produit alimentaire au prix où ils l’ont acheté majoré de 10%, pour tenter de couvrir les frais de logistique et de transport auparavant assumés par les industriels et producteurs.

Ce seuil, censé soutenir les producteurs face à la distribution, sera accompagné d’un encadrement des promotions dans les grandes surfaces: elles ne pourront plus être supérieures à 34% du prix normal et à 25% du volume annuel vendu. Les deux mesures seront expérimentées pendant deux ans, avec un dispositif de suivi pour s’assurer que la valeur dégagée soit bien reversée aux producteurs.

Elles avaient été annoncées dès le 11 octobre par le président Emmanuel Macron, afin de rassurer les agriculteurs inquiets de voir se répercuter sur leurs exploitations l’effondrement des prix dans la grande distribution. Mais elles n’avaient alors pas été chiffrées. Le gouvernement va aussi modifier le code rural pour y inclure un renversement de la contractualisation: les contrats seront désormais proposés par les agriculteurs et non plus par les acheteurs, et basés sur leurs coûts de production.

En attente de mesures concrètes

Au delà des agriculteurs, les Etats généraux ont rassemblé un grand nombre d’acteurs de la filière alimentaire: industriels, distributeurs, associations de consommateurs et organisations environnementales, ainsi que de nombreux élus et ONG qui se sont fédérées autour d’une « Plateforme citoyenne pour une transition agricole et alimentaire« . A l’heure du bilan, tous les participants s’accordent à dire que la méthode a été fructueuse et que les idées ont fusé, mais ils attendent la mise en musique de leur travail: des mesures concrètes, notamment sur le plan budgétaire et fiscal, pour permettre à l’agriculture et l’agroalimentaire français d’opérer une transition environnementale tout en continuant à vivre de leur production.

Le responsable agriculture de l’organisation de défense de l’environnement WWF, Arnaud Gauffier, trouve ainsi « intéressantes » les conclusions de l’atelier sur la transition agro-écologique « car on a de grandes mesures qui fixent un cap », notamment sur la réduction de l’utilisation des pesticides. Le gouvernement a stipulé que le texte de loi comporterait un article pour instituer une séparation entre le conseil et la vente des produits phytosanitaires dans les coopératives, afin de réguler les ventes de pesticides. Les modalités de mise en oeuvre du calendrier d’élimination progressive des pesticides, dont le glyphosate, seront précisées « au plus tard » à la fin du premier trimestre 2018, assure le gouvernement. Il annonce aussi des mesures pour lutter contre la maltraitance animale dans les abattoirs et un plan de développement de l’agriculture bio.

Par Emmanuelle TRECOLLE pour AFP