Gouvernement

Pesticides

Le gouvernement détaille son plan « Ecophyto 2″

Par & -


Le gouvernement a présenté lundi la version détaillée du plan Ecophyto 2 dont l’objectif est de diminuer le recours aux pesticides de 50% d’ici 2025, grâce à une trentaine d’actions reposant sur la recherche et l’innovation. Copiloté par les ministères de l’Agriculture et de l’Environnement, le plan Ecophyto 2 avait été présenté en janvier par le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll. Il a depuis été enrichi grâce aux 4.700 contributions reçues lors de la consultation du public du 8 au 29 juin 2015. Ecophyto 2 compte développer les alternatives naturelles aux pesticides, comme le biocontrôle (méthode naturelle de protection des plantes) et encourager l’innovation autour des machines agricoles (services cartographiques par drones, GPS, pulvérisateurs de précision…) pour optimiser l’utilisation des pesticides. En effet, « on peut faire 30% d’économies de produits phytosanitaires si on utilise des machines de pulvérisation de la dernière technologie« , a rappelé M. Le Foll lors d’une rencontre avec la presse. Une des seules mesures contraignantes de ce plan sera la mise en place de certificats d’économie de produits phytopharmaceutiques sur le modèle des certificats d’économie d’énergie. Les distributeurs de pesticides devront mener des actions qui amèneront à des économies globales pour obtenir ces fameux certificats, sous peine de payer des pénalités.

Réduire « si possible » de 50%

Par exemple, une coopérative qui distribue des produits phytosanitaires pourra payer les services d’un conseiller agréé à l’ensemble de ses adhérents. Les distributeurs qui n’auront pas atteint leurs objectifs seront pénalisés. Le niveau des objectifs à atteindre comme le montant des pénalités restent encore à débattre. On souligne toutefois au ministère que ces objectifs devront être cohérents avec ceux du plan, et que le montant de la pénalité devra s’aligner sur la marge nette dégagée par le distributeur sur la vente du produit. Ces éléments seront « établis en concertation avec les parties prenantes », souligne le communiqué. A l’issue du Grenelle de l’environnement en 2008, la précédente majorité avait lancé un premier plan Ecophyto dont l’ambition était de réduire « si possible » de 50% l’usage des pesticides d’ici à 2018. Mais le succès est loin d’être atteint puisque l’utilisation de produits chimiques en agriculture a progressé au contraire de 5% par an en moyenne entre 2009 et 2013. Le nouveau plan, fondé sur la recherche et l’innovation, repousse l’objectif de 2018 à 2025, avec un palier intermédiaire (une baisse d’un quart du recours aux pesticides) en 2020. Certaines mesures du premier plan sont toutefois conservées. Ainsi le réseau des 2.000 fermes « Dephy », des exploitations pionnières dans le suivi et l’évaluation des pratiques, sera porté à 3.000. Le ministère espère que ce réseau aura un effet levier qui va permettre d’engager 30.000 agriculteurs dans cette dynamique, explique-t-on au ministère. Concernant les quantités de substances actives vendues, la France est au deuxième rang européen avec 66.659 tonnes, après l’Espagne (69.587 tonnes) et devant l’Italie (49.011 tonnes). En termes d’utilisation, la France est au neuvième rang européen selon le nombre de kg de substances actives vendues rapporté à l’hectare, avec 2,3 kg/ha.