Europe

Lu sur Euractiv

Gras, sucré, salé : Bruxelles pour taxer

Par -


Taxes en France ou aux Etats-Unis contre les sodas et édulcorants ou en Finlande contre les boissons énergisantes, la fiscalité sur l’alimentation a le vent en poupe.

Euractiv revient sur un rapport produit par la Commission européenne qui se prononce en faveur d’une taxation des produits comme les sodas ou les confiseries, jugés trop gras, sucrés ou salés. L’étude, intitulée « les taxes sur les aliments et leur impact sur la compétitivité du secteur agroalimentaire », conclut que ces taxes « permettent de réduire en règle générale la consommation des produits taxés ». Ce qui ne sera pas sans conséquence sur l’emploi et le mode d’achat des consommateurs, qui pourraient se tourner vers des marques moins chères pour compenser.

Euractiv note également « qu’alors que les taxes sur l’alcool et les cigarettes sont devenues banales depuis des années, les taxes sur certains produits alimentaires et des boissons malsains, qui visent à combattre l’obésité, n’ont fait leur entrée que récemment dans le paysage fiscal de l’UE. »

Mais peu à peu, les états européens s’y mettent, à l’instar de la Hongrie qui en 2011 a également imposé une taxe sur une série de produits considérés comme mauvais pour la santé, comme certains sodas, boissons énergisantes, produits sucrés préemballés, ainsi que snacks et condiments salés. Outre-Manche, le ministre irlandais de la Santé, James Reilly, a annoncé qu’il envisageait d’imposer plus lourdement les boissons sucrées.

Lire l’intégralité de l’article ici.