Politique

Au Salon de l’agriculture la France Insoumise manie la baguette magique

Par -


Les députés de la France insoumise (LFI), dont cinq se sont rendus mercredi au Salon de l’agriculture à Paris, plaident pour le développement des circuits courts et de l’alimentation bio pour « assurer des revenus » aux agriculteurs et « redonner du sens » à leur métier. Méthode : simplifier tout ce qui est complexe et manier la baguette magique de la transition instantanée.

« Le monde agricole est en grande difficulté, c’est pour cela que l’on prône un changement de modèle agricole, on ne peut plus continuer sur le système actuel, on voit la souffrance que cela génère, les agriculteurs qui ne vivent pas de leur métier et n’en voient plus le sens« , a affirmé à l’AFP Loïc Prud’homme, député LFI de Gironde. Constat pour le moins sommaire comme si le monde agricole était réduit à un périmètre de situations homogènes. Une délégation d’une dizaine de membres de LFI a passé la journée porte de Versailles, dont cinq députés qui ont des solutions : « aller vers la production locale, des circuits courts avec leurs gisements d’emplois, et le bio, qui redonnent du sens et des revenus aux agriculteurs« . Le programme des Insoumis table ainsi sur la création de « 500.000 emplois« . Pourquoi pas 600.000 ou un million, les chiffres comme les idées sont seulement lancés pour faire des formules et des titres.

LFI estime que « Les réponses du gouvernement ne sont pas à la hauteur des attentes du virage qu’est en train de prendre toute la société sur les questions agricoles et d’alimentation » alors qu’ »il y a une demande sociétale de bio, un enjeu d’alimentation saine et de santé publique« . À vouloir être simpliste et ignorer les mois de réunions des différents ateliers des États Généraux de l’alimentation qui construisent désormais un dialogue permanent avec l’ensemble des acteurs des filières, LFI conforte dans sa politique isoliationniste qui lui sert désormais de viatique.