Nature

Pourrons-nous encore manger du poisson dans vingt ans ?

Par -


Les écosystèmes littoraux sont menacés par l’avancée de l’Homme sur la mer, la pollution des côtes et le sable utilisé pour la construction. La pollution menace l’ensemble des écosystèmes, que ce soit à cause d’une absence d’épuration des eaux ou à cause de la pollution causée par les macrodéchets et les microfragments de plastiques. Dans le même temps, la surpêche vide les océans et va chercher les poissons dans les profondeurs de plus en plus reculées. Selon la FAO, 20 % des stocks mondiaux sont surexploités, 8 % épuisés et 52 % connaissent un niveau d’exploitation proche du maximum soutenable. Si rien n’est fait, la plupart des espèces aujourd’hui consommées dans le monde auront disparu au milieu du siècle.

Chaque jour, de nombreuses espèces sont transportées tout autour de la planète par les bateaux et de multiples espèces deviennent alors invasives, menacant les écosystèmes, les habitats ou les espèces indigènes. Enfin, selon le dernier rapport du GIEC, l’élévation du niveau de la mer à l’horizon 2100 serait comprise entre 26 cm et 82 cm. Dans le pire des cas, la hausse pourrait même atteindre 98 cm. Dans les cent premiers mètres, l’océan devrait se réchauffer d’environ 0,6°C à 2°C. Quels seront alors les impacts sur les écosystèmes et les hommes vivant sur les côtes ?

Pour en parler
Gilles BOEUF est biologiste, professeur à l’Université Pierre-et-Marie-Curie et président du Muséum national d’histoire naturelle. Il est également membre du conseil scientifique du Patrimoine naturel et de la biodiversité auprès du Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Energie, président du Conseil Scientifique du CIRAD et membre du conseil d’administration des aires marines protégées.