Nature

Conférence-débat #2

La production de biocarburants est-elle compatible avec la fonction nourricière de l’agriculture ?

Par -


Les biocarburants conventionnels, aujourd’hui fabriqués à partir de maïs, de blé, de betterave, de canne à sucre et de plantes oléagineuses (palme, soja, colza, …) ont longtemps été présentés comme une des solutions aux problèmes de la sécurité énergétique, du changement climatique et du développement rural. Ainsi, en 2009, les États membres de l’Union européenne se sont engagés à incorporer 10% d’énergies renouvelables dans les transports d’ici 2020, dont la quasi-totalité sera des biocarburants.

Toutefois, depuis quelques années, des études remettent en question les soutiens publics au secteur des biocarburants, les arguments en défaveur de ces produits étant de plus en plus nombreux. Ils sont, notamment, accusés d’être la principale cause de la crise alimentaire ayant entrainé les émeutes de la faim en 2008, et d’avoir un impact négatif sur la qualité et la quantité de nourriture disponible pour les populations des pays en développement. Sont également dénoncés leurs impacts locaux désastreux sur l’environnement (augmentation de la pression de déforestation) et les droits fonciers de nombreuses communautés où ils sont cultivés.

Pour en parler
Jean-Christophe DEBAR, ingénieur agronome de formation, est, depuis 2011, directeur de la Fondation pour l’agriculture et la ruralité dans le monde (FARM), dont la mission est de promouvoir dans les pays du Sud des agricultures et des filières agroalimentaires productives et durables.