Biodiversité

Panama

La biodiversité au coeur du musée dessiné par Frank Gehry

Par & -


Frank Gehry, à 85 ans, ne semble pas tout à fait prêt à raccrocher les Rotrings. On l’a vu cet été à Arles poser la première pierre de la Fondation Luma, le voici dans une ancienne zone militaire américaine à l’entrée du canal de Panama à inaugurer sa dernière pépite : un musée de la biodiversité, première oeuvre de l’architecte en Amérique latine.

Gehry n’est pas tout à fait vierge sur le sujet. Il a déjà arpenté les vignes de la Rioja en Catalogne pour y implanter la bodega Marqués de Riscal (voir ici).
Avec ce musée, l’architecte  veut montrer l’importance de l’apparition de l’isthme du Panama il y a trois millions d’années pour l’évolution des espèces et insister sur la nécessité de prendre soin de notre environnement. Selon les scientifiques, l’apparition du Panama a coupé l’océan en deux et modifié les courants, provoquant des changements climatiques ayant conduit au réchauffement de l’Afrique où les forêts tropicales ont été transformées en savanes, privant de leur habitat de nombreux primates contraints alors de vivre au sol.

biodiversity-museum-panama

Dans l’hémisphère occidental, cette nouvelle route a notamment donné lieu à de nombreux échanges de plantes et d’animaux sur l’ensemble du continent américain. « La biodiversité et sa protection, et comment le Panama a provoqué un changement climatique de grande envergure qui a pesé sur l’évolution, y compris de l’Homme, constitue le principal message du biomusée« , a expliqué à l’AFP son directeur, Victor Cucalon. « Je crois fermement que nous devrions tous tenter de préserver la biodiversité, menacée dans le monde entier« , a pour sa part commenté dans un communiqué Frank Gehry.

Grimper sur les sculptures
Sur plus de 13.000 mètres carrés, le musée construit en huit ans présente la biodiversité latino-américaine et les menaces pesant sur elles, dans huit salles dessinées par le Canadien Bruce Mau. La visite débute dans « la galerie de la biodiversité », où des photos géantes représentent diverses espèces : ara, iguane, paresseux, grenouilles… . Des panneaux colorés renseignent sur le degré de menace pesant sur chaque animal, dont certains sont déjà éteints, alors qu’un message avertit que la biodiversité « décline plus rapidement que jamais » en raison de l’activité humaine.
devon-design-agency-blog-interior-graphic-design-inspirational-creative-frank-gehry-biodiversity-museum-panama-interior5

Un sombre couloir mène à la deuxième salle, où la vidéo « Panamarama » est diffusée par 10 écrans sur les murs, le sol et le plafond, montrant la richesse naturelle du Panama, qui avec seulement 75.000 km2 abrite plus d’espèces d’oiseaux, de mammifères et de reptiles que les Etats-Unis et le Canada réunis. Une roche de 70 millions d’années marque l’entrée dans la salle « Le pont surgit », où se dresse une sculpture tectonique de 14 mètres de haut. Dans cette salle, dénommée « Le grand échange », d’énormes répliques d’animaux ancestraux et de leurs descendants font la joie des visiteurs qui les mitraillent de photos.

« Ici, les enfants et les parents sont très excités car ils peuvent toucher les sculptures. On nous a déjà demandé de fêter des anniversaires et nous avons dû aider des gens qui avaient grimpé sur les animaux« , a raconté à l’AFP Nicole Rubatino, directrice du marketing de l’institution. Mardi, jour de  l’inauguration seules cinq salles sur huit étaient ouvertes au public. Les trois dernières, dont un aquarium, ne seront pas prêtes avant un an et demi.

Avec Juan José Rodríguez pour AFP