Initiatives +

Le thé 1336 des ex-Fralib en vente en supermarché

Par & -


C’est une annonce qui va redonner espoir à ces milliers de salariés qui, chaque jour, se battent pour que soient reconnus leur emploi et leur savoir-faire. Face au géant Unilever, les ex-Fralib ont non seulement remporté leur pari de sauvegarder leur poste mais également celui de reprendre leur production de thé. Baptisés « 1336 », comme le nombre de jours de grève qu’ils ont mené, ces boîtes sont en vente depuis ce vendredi en supermarché.

the_1336

Comme un clin d’œil à leur mouvement, les salariés de la Scop-TI ont officiellement lancé, ce vendredi matin, la vente de leur thé dans les rayons de l’hypermarché Auchan d’Aubagne. Lieu de tensions avec la direction française d’Unilever, c’est dans ce magasin que les salariés faisaient connaître l’évolution de leurs actions aux consommateurs. Quatre années d’un bras de fer musclé avec ce groupe anglo-néerlandais qui a fait de ces ouvriers le symbole du combat contre les délocalisations.

Faite de nombreux coups d’éclats médiatiques, cette bataille de David contre Goliath a notamment pu aboutir grâce à la solidarité des ex-Fralib entre eux. Veillant jour et nuit sur leurs machines, cette occupation de l’usine de Gémenos leur a permis d’obtenir gain de cause face à Unilever. Après avoir fait annuler en justice plusieurs plans de sauvegarde de l’emploi (PSE), en mai 2014, ces derniers ont ensuite réussi à arracher à la multinationale un accord de fin de conflit. D’un montant de 19,26 millions d’euros, celui-ci leur a permis de monter leur projet de société coopérative baptisée Scop-TI. Et de lancer leur marque de thé « 1336″, grâce à l’investissement de la totalité de leur indemnité de licenciement.

250 tonnes de production la première année
La coopérative, qui travaillera à la fois pour les marques de distributeurs et pour sa marque propre, table sur 250 tonnes de production la première année pour un chiffre d’affaires d’environ 3 millions d’euros. Alors que la commercialisation de ses premières boîtes de thé est lancé, Scop-TI compte déjà 27 salariés en CDI, avec trois embauches supplémentaires prévues d’ici fin 2015 et quatorze autres au premier semestre 2016.

Lors de ce lancement, les ex-Fralib ont bénéficié de la présence de Martine Pinville, secrétaire d’Etat à l’Economie sociale et solidaire. « C’est un moment d’émotion assez fort, a commenté la ministre, parce qu’on voit comment des salariés qui ont vécu un combat difficile, avec des moments très durs, ont su construire, s’organiser en société coopérative et faire rebondir leur activité. » Saluée par quelques applaudissements polis, Martine Pinville leur a ensuite remis une lettre de François Hollande, qui leur avait rendu une visite surprise en juin dernier. « En ce jour particulier, il voulait leur apporter son soutien, les encourager, a résumé à son tour Christophe Castaner. Pour le député et candidat PS en région PACA, « cette réussite est un véritable message d’optimisme lancé à tous ceux qui veulent entreprendre, et notamment en direction des salariés. »