Initiatives +

Fondation Carasso : États généreux de l’alimentation

Par -


Daniel et Nina Carasso devraient être connus dans le monde entier. Daniel a mis sur le marché en 1929 rien de moins que le premier yaourt qui arborait la marque Danone, excusez du peu. Leur nom est désormais attaché à une Fondation dont la discrétion n’a d’égal que l’efficacité, via le financement d’initiatives les plus diverses pour une agriculture et une alimentation plus durable.

La Fondation Carasso n’a pas attendu les États généraux de l’alimentation pour se mettre au travail. Entre 2010, date de sa création, et 2015, elle a soutenu 450 projets dont 52% portaient sur l’alimentation durable avec près de 20 millions d’euros d’apport financier. Au fil des ans, elle devient donc un acteur qui pose des pierres de manière consciencieuse et construit une politique par l’exemple.

Les critères qui président aux choix des projets partent de l’idée exprimée par Marie-Stéphane Maradeix, la Déléguée générale, que « l’alimentation n’est pas un bien comme les autres, car d’elle dépendent la santé des populations, le développement harmonieux des territoires, la diversité des cultures, les liens sociaux entre villes et campagnes, et entre consommateurs, ainsi qu’une grande partie des ressources de la planète. » On n’est pas très loin du Manifeste pour une exception agricole et écologique que nous avions mis à la signature sous l’autorité de Michel Serres.

Mais la Fondation n’est pas là pour théoriser. Son efficacité et son savoir-faire se manifestent dans un choix très judicieux de projets émergents qui, pris séparément, sont évidemment intéressants mais qui, ensemble, forment un corpus d’actions très cohérent et opérationnel. On ne saurait donc trop conseiller aux membres des 14 ateliers des États généraux de l’alimentation de télécharger le document que la Fondation vient de publier et qui décrit par le menu une sélection de 40 projets qu’elle accompagne. On y trouve de nombreux projets dont nous vous avons parlé, de la sensibilisation des restaurateurs à la pêche durable avec Ethic Ocean, aux cantines 100% bio de Mouans-Sartoux en passant par la distribution solidaire de Écos à Nantes. Mais ces nombreuses initiatives réparties dans tous les coins de France présentent surtout une qualité incomparable : leur potentielle modélisation pour accélérer « la transition en actions », c’est le titre du document qui ne devrait pas déplaire à notre Ministre de la transition écologique et solidaire.