TV

Thema ARTE

Nos ennemis les bêtes

Par & -


Voilà une soirée Thema d’ARTE un peu tirée par les cheveux. On démarre avec une enquête sur le lait pour passer ensuite sur le mode de vie Vegan et seules les vaches pourront vraiment apprécier la globalité du propos. D’un côté, un sujet qui met principalement en débat une question essentielle: le lait est-il bon ou mauvais pour la santé? Et de l’autre, un phénomène de société qui se développe à une vitesse démultipliée, particulièrement en Allemagne. Au centre certes, l’animal, dont la fiabilité pour l’homme est largement mise en cause.

Côté lait, le documentaire de Winfried Oelsner n’est pas inintéressant même si son montage est assez brouillon. On y écoute quelques grands chercheurs dont le français Jean-Michel Lecerf que nous avions interviewé à l’occasion de l’Exposition Universelle de Milan et des contradicteurs essentiellement allemands qui ne s’accordent guère avec son credo : buvez-en, il n’y a rien à signaler. À 9.500 litres par an et par vache suivi de 20 à 30 étapes de transformation, chacun s’accorde à dire que le lait d’aujourd’hui n’est pas exactement le même que buvait nos grand-mères et qui faisait pousser les os en bon ordre et avec de la solidité. Si vous attendez de ce programme une réponse à vos questions de maux de tête et d’eczéma, oubliez. Vous n’y entendrez que des cas d’espèce, des études partielles et des trucages grossiers de rapports sponsorisés, business as usual. Ce que l’on apprend vraiment c’est que les enjeux économiques sont tels qu’il ne peut y avoir de fumée sans feu. Le lait n’est pas tout blanc et rester dans une vigilance de tous les instants reste pléonasmatique s’agissant de surveiller ce liquide comme le lait sur le feu.

Les vegan eux ont résolu le problème. Point de lait ou de produits laitiers dans leur régime, ni d’ailleurs aucun produit d’origine animale – ni viande, ni poisson, ni crustacés, œufs ou encore miel dans ce régime alimentaire. Ce qui en France, au pays des 486 fromages est loin d’être gagné, même si Deborah Brown-Pivain, cofondatrice de la société Vegan de France et gérante du Gentle Gourmet Café se montre très attentive aux richesses des recettes françaises et que le festival Veggie World fait de plus en plus d’adeptes. Car si en France, le veganisme peine à s’installer, du côté de l’Allemagne, d’un point de vue des entreprises comme des consommateurs, la chose est bien différente, singulièrement à Berlin, paradis des Vegan. Un marché potentiel qu’ont su flairer les industriels, entrepreneurs et chercheurs en agroalimentaire, comme en témoignent Veganz BmgH ou encore Rügenwalder Mülhe, une des plus anciennes sociétés de la filière viande et charcuterie en basse-saxe qui s’est lancée dans la saucisse végétale. Et pas pour les 7 millions de végétariens ou du million de vegan allemands, mais surtout en direction des 40 millions de flexitariens.

Le documentaire ne fait donc que confirmer une tendance lourde : ce mode de vie gagne en popularité au sein d’une jeunesse urbaine et engagée, aux convictions écologistes plus ou moins radicales. Une tendance renforcée par les insupportables maltraitances animales régulièrement dénoncées par le collectif L214. Manger moins de viande se révèle aujourd’hui être un enjeux majeur, au moment où notre régime alimentaire ne correspond plus aux besoins d’antan. Le reportage met néanmoins en lumière les limites actuelles de la production de produits vegan : l’impact sur la planète, l’utilisation de toxiques polluants, le manque de vitamine B12 et l’utilisation de substituts artificiels ou encore d’huiles minérales toxiques pour l’organisme dans certains produits.

Une soirée, qui a défaut de nous faire abandonner le lait, nous permettra de relativiser, et d’opter pour une voie plus flexitarienne que radicale.

ARTE 10 janvier, 20.50 – 22.50 |
THEMA NOS AMIS POUR LA VIE ?
Le lait mensonges et vérités
Vivre vegan – le nouvel eden ?