Expo

MuCEM à Marseille

Exposition Food : Fade

Par & -


Après Genève et Saõ Paulo, 37 artistes issus de cinq continents dévoilent à Marseille leurs interrogations sur l’alimentation dans le cadre de l’exposition FOOD au Mucem. Une exposition d’art contemporain ambitieuse qui, malgré quelques très belles pièces et tout l’intérêt du sujet, peine à trouver son sens.

Initiative de ART for The World – ONG associée au Département d’Information publique des Nations Unies, l’exposition FOOD est le résultat d’une action menée sur trois ans (2012-2015) avec les différentes institutions partenaires et les artistes autour de ces questions. Comme son nom de l’indique pas, FOOD n’est pas une exposition sur la cuisine ou l’alimentation dans son ensemble mais une exposition d’art contemporain.

food6

Eduardo Srur (Brésil)

Produire, manger, consommer
Vidéos, installations, peintures, photos, collages, sculptures présentent le fruit de la réflexion d’artistes sur les différentes questions et les enjeux liés « directement ou indirectement à l’alimentation, tels que les conséquences du changement climatique, l’empoisonnement des produits de l’agriculture, l’écart dans la distribution alimentaire, mais aussi la préservation de notre terre nourricière, le choix des aliments, les cuisines diverses, les rituels et les cérémonies autour de l’alimentation et autres sujets communs liés au thème de la nourriture. Ainsi les œuvres, tout en contribuant à l’histoire esthétique et culturelle, révèlent les principaux défis de notre société contemporaine, comme le développement durable, l’immigration, les différences religieuses, les droits de l’Homme, l’égalité des sexes, etc » comme le précise Adelina Von Fûrstenberg, commissaire générale de l’exposition. Seulement voilà, de toutes ces nobles intentions rien n’est perceptible. D’abord parce que le choix des oeuvres est totalement hétéroclite et ne permet de construire aucun discours et ensuite parce que la scénographie n’est ni faite ni à faire et ne dessine aucun parcours.

Libre service
Alors, bien sûr, il est toujours possible de se raccrocher à quelques pièces. Au fil des trois salles, on retient la performance d’une femme concentrée à manger un oignon (Marina Abramović, The Onion, 1995), une oeuvre violente qui porte sur l’endurance physique et psychologique, mais aussi sur la vulnérabilité humaine, l’identité et l’indépendance des femmes ; la vidéo du Brésilien Eduardo Srur qui révèle la culture de l’excès et du gaspillage dans Supermercado ; le magnifique portrait au lait Nazi Milk de General Idea ou même l’installation de Claire Fontaine sur le recyclage. Quelques oeuvres historiques sont là aussi, de Beuys à Spoerri.

Autant de créations qui, prises séparément, ont leur sens propre mais qui, dans cette scénographie d’Uliva Velo, apparaissent comme posées là, les unes à côté des autres, sans engendrer de dialogue particulier. Il n’y a d’ailleurs pas de narration voulue dans cette exposition, « le spectateur est libre de son parcours » nous explique Edouard de Laubrie, commissaire associé en charge du pôle agriculture et alimentation du MuCEM. Bref, de bons ingrédients, mais un plat qui manque de goût.

food3

Collections du Mucem

L’alimentation dans les collections du MuCEM
Adaptée à chaque site, l’exposition FOOD à Marseille, présente aussi quelques pièces créées pour l’occasion. Cinq artistes invités, John Armleder, Stefano Boccalini, Antoni Miralda, Angelo Plessas, Barthélémy Toguo, ont ainsi pu accéder à la vaste collection d’objets du MuCEM pour créer de nouvelles oeuvres.

Parmi ces créations, il faut souligner, l’installation (en mettant de côté la vitrine en elle-même) du catalan Miralda qui a réuni 124 objets, dont 80 sonnettes de tables, des pichets décorés selon la tradition de tavernes populaires, des assiettes qui rappellent les rapports à la domesticité avec beaucoup d’humour. A souligner aussi pour cette variante Marseillaise, la très belle série de photographies proposée par la photographe Marseillaise, Ymane Fakir, qui met en scène l’alimentation et la féminité.

food2

Ymane Fakir (France)

Enfin, l’exposition est l’occasion pour le Mucem d’accueillir le 17ème congrès international des musées d’agriculture. Réunissant un grand nombre de spécialistes internationaux, il permettra notamment de réfléchir à la valorisation des collections agricoles des musées.

Il est piloté par Edouard de Laubrie, commissaire associé à l’exposition et qui nous présente ici l’exposition :

Exposition Food, jusqu’au 23 février 2015
MuCEM esplanade du J4, Marseille.

Autour de l’exposition
Du 29 nov. 2014 au 1er mars 2015
Dévorez des yeux, un cycle de films sur la nourriture
Auditorium • Séance 5 € / 3 €