Agenda

Le Chant des Colibris, ou l’appel d’un monde meilleur

Par -


Avec le festival « Le Chant des Colibris », le mouvement Colibris a commencé une tournée inédite dans six villes françaises. Au programme, des ateliers-débats et des concerts… sous le signe de l’engagement citoyen. Retour sur ces drôles d’oiseaux qui appellent de leur voeux une société écologique et humaine.

A l’origine de « Colibris », un homme et des valeurs

Derrière le mouvement Colibris, se cache la volonté d’un homme, Pierre Rabhi, agriculteur, écrivain et penseur français. En 2007, il s’inspire d’une légende amérindienne selon laquelle, lors d’un incendie en forêt, seul le colibri aurait tenté d’éteindre le feu, là où tous les autres animaux se contentaient de regarder. Lorsqu’on lui fit remarquer que ce n’était pas avec quelques gouttes d’eau qu’il allait y arriver, il répondit « je sais, mais je fais ma part ». Pierre Rabhi a fait sa part, il a lancé Colibris.

Aujourd’hui, le mouvement regroupe 250 000 sympathisants. Tous partagent les mêmes valeurs d’humanisme et d’entraide, des valeurs qui ont guidé les initiatives de Pierre Rabhi (« Terre & Humanisme », le « Hameau du Buis », Les « Amanins », « l’École du Colibri », la « Ferme des Enfants »…). L’ambition affichée des Colibris? Encourager l’incarnation de nouveaux modèles de société par une politique en actes, en proposant notamment des campagnes de mobilisations citoyennes (le « Projet Oasis », la « Révolution des colibris », « Transformons nos territoires », etc).

L’association place le changement personnel au centre de sa démarche, persuadée qu’une autre société est possible, à condition que les hommes changent individuellement. Elle soutient les citoyens engagés dans une démarche de transition, explorer des initiatives écologiques et citoyennes sur le terrain, pour dessiner les contours d’une société meilleure.

Des idées à l’action

Une collection de livres (« Domaine du Possible« ), co-éditée avec Actes Sud, crée le lien entre le constat critique issu de l’investigation scientifique et la proposition de solutions pratiques et originales. Sans oublier « Kaisen », un magazine bimestriel des initiatives citoyennes qui changent le monde peu à peu, ainsi que des documentaires: « Solutions Locales pour un Désordre Global », de Coline Serreau, « En Quête de Sens », de Nathanaël Coste et Marc de la Ménardière, « Demain », de Mélanie Laurent et Cyril Dion (co-fondateur du mouvement Colibris).

Pour relayer le mouvement au plus proche des citoyens et des territoires, l’association Colibris s’appuie sur un réseau groupes bénévoles au niveau local. Ces derniers relaient les initiatives du mouvement partout en France, en Belgique et en Suisse. Ils participent à l’émergence d’un nouveau modèle, en inspirant, reliant et soutenant les initiatives qui émergent sur leurs territoires comme, par exemple, une grainothèque à Aubagne ou des potagers urbains à La Ciotat.

Quand les colibris se mettent à chanter

Depuis le 25 mars, les Colibris se sont envolés, pour une tournée inédite, allant de Bordeaux, à Toulouse, en passant par Paris, Nantes, Marseille et Strasbourg. De nombreux artistes ont répondu à « l’appel du monde de demain » et seront présents lors de cette tournée: Zaz, Tété, Arthur H, Matthieu Chédid, Tryo…

Voici les prochaines dates:
- Paris, les 8 et 9 avril, à la Grande Halle de la Villette
- Nantes, le 29 avril, aux Nefs – Stéréolux
- Marseille, le 13 mai, au Théâtre Toursky
- Strasbourg, le 27 mai, à la Laiterie
- Toulouse le 10 juin, au Bikini

Pour lire et signer l’appel du monde de demain, rendez-vous sur ce lien.