À table

Ces 5 cantines qui donnent envie de manger ensemble

Par -


Des cantines se font remarquer dans le paysage alimentaire national. Ces tables se jouent des modes culinaires, font la promotion des produits locaux et prônent le partage : de Nantes à Bordeaux, découverte de 5 lieux qui donnent envie de manger ensemble.

On ne fait pas qu’y manger. On parle, on pense, on partage un moment avec des inconnus autour de grandes tablées et de plats sans chichis.  Et si ces cantines mettaient le « vivre-ensemble » en plat principal ?

Fablabouffe à Saint-Etienne, cantine de quartier et cuisine collective partagée

13254406_1277728905570928_7153273409993472208_n

Cantine de quartier située au coeur du très créatif quartier Manufacture de Saint-Étienne, FABLABouffe permet à des cuisiniers indépendants de tester leur concept et au public d’expérimenter une cuisine locale ou exotique, végétarienne ou sur le pouce…

Matteo cuisine à domicile, Alix est pâtissière, Bertrand vend des burgers à base de produits frais dans son food truck, Raphaël travaille à la restauration d’artistes et bénévoles sur des événements culturels… Ils se sont inscrits à FABLABouffe pour bénéficier de cette opportunité : cuisiner à leur compte, dans un espace de cuisine collective ouvert jusqu’au 16 juillet.

La consommation n’est pas obligatoire puisque l’on peut également apporter son pique-nique et même passer en cuisine si le coeur nous en dit.

Et dans l’assiette ? Les plats testés par les cuisiniers : cuisine du monde, burgers, petits plats anti-gaspi. Les prix sont minis.

La Lingerie, la cantine solidaire et gourmande des Grands Voisins à Paris

voisins

Les Grands Voisins, c’est un village solidaire en plein Paris. Startups, créatifs et migrants coexistent dans les locaux désaffectés de l’ancien Hôpital Saint-Vincent-de-Paul. Ici le vivre ensemble prend tout son sens. L’ancienne lingerie de l’hôpital est devenue un foyer cosy et convivial. Elle accueille le public du mercredi au dimanche sans obligation de consommer. Le dispositif d’insertion de l’association Aurore emploie une quinzaine de travailleurs dans les métiers de la restauration et de l’accueil. Spectacles de danse tibétaine, concerts, débats autour de l’alimentation, rencontre avec des apiculteurs… ce lieu solidaire et éco-responsable est un lieu d’échange éclectique et de partage.

Et dans l’assiette ? On y mange des plats faits maison à petits prix. L’Afrique est au menu les mercredis et jeudis midi. Les producteurs locaux y sont privilégiés.

La cantine du Voyage à Nantes : pour un déjeuner locavore

La Cantine du Voyage est devenue une étape incontournable du Voyage à Nantes avec son espace de restauration de 300 couverts, son très grand bar, ses baby-foot et son terrain de pétanque, son skate-park et sa boutique-librairie et son patron, Philippe Clément un personnage nantais de haut vol. Juste à côté, le potager urbain hors sol de 930 m2 du maraîcher nantais Olivier Durand qui a remis au goût du jour la culture sous châssis. Les cultures (salades, tomates, radis, concombres, courgettes, basilic, menthe…), non traitées, fournissent la salade d’entrée des clients.

Et dans l’assiette ? C’est menu unique et local : poulet fermier d’Ancenis-pommes de terre + salade de crudités issues principalement du potager voisin. Comptez 10 euros le midi pour une formule entrée/plat.

Le Magasin Général du Darwin Écosystème à Bordeaux : le réfectoire écolo-branché

epicerie bordeaux

Des startups, du wifi, de gros chesterfields un peu défoncés, un skatepark et une cantine locavore, le tout dans l’enceinte d’une ancienne caserne militaire : tous les ingrédients étaient réunis pour faire de ce lieu un repère de hipsters. Mais le lieu n’est pas juste un spot pour écolo-cools. Le Magasin Général du Darwin Ecosystème a été pensé globalement par son Monsieur Développement durable Jean-Marc Gancille. Il recèle une épicerie qui regroupe plus de 5.000 références : sous les produits sont bio, en majeur partie locaux, on y trouve des fruits et légumes de la région, du vrac, de la bière Darwin, de la viande nourrie aux céréales et élevée au grand air… Le tout à des prix raisonnables.

Et dans l’assiette ? Une efficace marmite du jour, des burgers et un brunch le dimanche. Le tout fait maison.

Les Grandes Tables de la Friche à Marseille : les 10 ans du pionnier 

grandes tables

Comment oublier Les Grandes Tables, pionniers de ce genre de lieu qui place l’alimentation au centre, sans pour autant la couper des autres disciplines. Car les grandes tables, qui fêtent leur 10 ans cette année sous la houlette de Fabrice Lextrait, n’est jamais là où l’on attend qu’elle soit dressée. C’est à la fois des restaurants, un café-librairie, un marché paysan, de la cuisine de rue à même la carriole, des ateliers culinaires, « de l’art dans la cuisine, de la cuisine dans l’art » disent les créateurs du lieu.

Le prochain événement à ne pas rater ? Le grand marché du 4 juillet à la Friche de la belle de Mai, avec pas moins de 30 petits producteurs au programme. L’occasion de découvrir de l’huile d’olive, du riz, des fromages provençaux, la célèbre saucisse de Marseille. Des chefs proposeront à bord de carrioles des petits plats à emporter réalisés avec les produits du marché, le tout en musique. Sans oublier une table ronde pour réfléchir un peu. Le thème :  « Si le XXe siècle a vu la disparition de la paysannerie par l’agriculture industrielle, au XXIe siècle assisterons-nous à une riposte des paysans ? » Bonne question.

Et dans l’assiette ? Elle est variée. De la niçoise à la pizza au feu de bois en passant par un poisson juste pêché.

Photo de Une : La cantine du voyage à Nantes / Franck Tomps