FTL (William Saurin) : deux candidats s’allient pour reprendre le pôle plats cuisinés

Par -


Deux candidats au rachat du pôle plats cuisinés de la Financière Turenne Lafayette (FTL), le groupe D’aucy et le fonds LBO France, ont décidé de faire une offre commune de reprise de ce portefeuille d’actifs qui comprend William Saurin, a annoncé jeudi D’aucy.

« LBO France, fonds d’investissement, présent depuis plus de 30 ans sur le marché français, et le groupe D’aucy, coopérative agricole leader sur ses marchés, décident de faire une proposition commune dans le cadre du rachat de William Saurin », annonce le groupe D’aucy dans un communiqué. « On entend reprendre les sites industriels et les salariés du pôle et inscrire notre action sur la durée », a déclaré à l’AFP Alain Perrin, directeur général du groupe D’aucy. « D’un point de vue industriel, on sait où sont les leviers d’amélioration sur les recettes, sur le pilotage industriel », a ajouté le directeur du groupe coopératif de 4.500 salariés, qui compte 9.000 agriculteurs adhérents.

Il entend « redynamiser la marque en mettant l’innovation au centre des préoccupations de l’entreprise », afin de permettre un « retournement » de situation. « Il est urgent de rétablir une situation de confiance vis-à-vis de l’entreprise. Les salariés sont inquiets de ce qui est en train de se passer, les fournisseurs, les clients sont vraisemblablement inquiets, la situation est tendue », a déclaré M. Perrin, faisant valoir, par l’alliance avec LBO France, « l’assise financière solide » de cette offre conjointe.

Un autre fonds d’investissement, Sandton Capital Partners, est également candidat à la reprise de ce portefeuille d’actifs, qui regroupe, outre William Saurin, d’autres marques bien connues du grand public, comme les couscous Garbit, selon une source proche du dossier. Ce fonds est allié lui avec Marion & Partners, le cabinet de conseil en gestion de crise d’Arnaud Marion, qui possède une très forte expérience dans la gestion d’entreprises agroalimentaires dans des situations de crise (Doux et Père Dodu), a indiqué cette source.

Le groupe Raynal & Roquelaure était également pressenti pour une candidature à la reprise de tout ou partie de ces actifs, selon le syndicat FGTA-FO. La date limite pour le dépôt de ces offres était fixée au 15 mai à minuit. La direction n’a pour l’instant pas communiqué sur l’ensemble des offres déposées. Dans cette branche, qui emploie 1.300 salariés, la situation est jugée très préoccupante par le syndicat FO, en raison de difficultés de trésorerie pour payer les fournisseurs.

L’usine William Saurin de Lagny-sur-Marne a été fermée la semaine dernière, certains fournisseurs arrêtant de livrer le site. Elle devait redémarrer cette semaine un paiement à la commande des fournisseurs. Pour les autres pôles, Charcuterie-salaison et pâtes fraîches, la situation est moins tendue. Pour ces activités, les offres seront examinées le 29 mai par le tribunal de commerce de Paris. FTL, qui emploie 3.200 salariés au total sur 21 sites en France, a frôlé la disparition en 2016 après la découverte du trucage de ses comptes suite au décès de sa propriétaire.