Vienne : le tribunal administratif retoque un projet de ferme-usine de taurillons

Par -


Le tribunal administratif de Poitiers a donné mercredi un coup d’arrêt à un projet controversé de ferme-usine dit « des 1.200 taurillons » à Coussay-les-Bois (nord-est de la Vienne), qui avait suscité des oppositions locales, environnementales notamment. Le tribunal, saisi de trois recours d’opposants, a annulé deux permis de construire délivrés par la préfecture, l’un portant sur une unité de méthanisation sur le site, l’autre sur un bâtiment photovoltaïque.

Il a également invalidé l’autorisation d’exploiter l’élevage. Les juges administratifs ont suivi les conclusions du rapporteur public, qui à l’audience le 7 juin, avait recommandé l’annulation des arrêtés, datant de 2015 et 2016. Il avait repris certains arguments des opposants –dont le maire de Coussay-les-Bois– qui soulevaient des risques de pollution de l’eau, avec une nappe phréatique par endroits à la verticale de moins de 10 mètres, et l’empiètement d’une partie du site sur une Zone d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF). Le rapporteur avait aussi relevé des carences de chiffrage du projet.

Le projet de ferme-usine –dont le promoteur principal, un entrepreneur de Châtellerault, peut faire appel du jugement– prévoit un élevage de 1.200 taurillons à l’engraissement, assorti d’une unité de méthanisation, d’une plate-forme de compostage et d’un parc photovoltaïque. Les travaux sont actuellement suspendus par un arrêté préfectoral de mars dernier. Une manifestation d’opposants –collectifs d’habitants, membres de la Confédération paysanne, associations de défense de l’environnement– avait rassemblé entre 200 personnes, selon la police, et 500 (organisateurs) en novembre à Coussay.