France : l’excédent agro-alimentaire a poursuivi sa baisse en avril

Par -


L’excédent des échanges agroalimentaires français a poursuivi sa baisse en avril, pénalisé par la chute des exportations céréalières, bien que les importations aient sérieusement ralenti, selon le service statistiques du ministère de l’Agriculture Agreste. En avril 2017, l’excédent des échanges agroalimentaires français a atteint 454 millions d’euros, en baisse de 105 millions par rapport à avril 2016. Mais si les exportations diminuent de 120 millions d’euros sur un an, les importations ne progressent plus (-15 millions sur un an) pour la première fois depuis octobre 2016.

Le recul de l’excédent est plus important vers les pays hors UE, avec lesquels il s’établit à 356 millions d’euros, en baisse de 155 millions d’euros par rapport à avril 2016, tandis que dans les échanges avec l’Union européenne, le solde enregistre un excédent de 98 millions d’euros et gagne 50 millions par rapport à avril 2016, due à la baisse des importations (-4% soit -109 millions).

Le solde des échanges de produits agricoles bruts, à -132 millions d’euros, redevient déficitaire, après l’amélioration connue en mars, et recule de 284 millions par rapport à avril 2016. Ce déficit est la conséquence, en premier lieu, de la chute des exportations céréalières (-203 millions d’euros sur un an), du fait de la moisson désastreuse de l’été 2016. Les volumes exportés diminuent de 43% pour le blé tendre, de 25% pour les orges et de 34% pour le maïs.

L’effet en est d’autant plus marqué que les importations de produits bruts augmentent dans le même temps (+63 millions d’euros sur un an), portés par les achats d’oléoprotéagineux et plus particulièrement de graines de colza (+16 millions). A l’inverse, l’amélioration de l’excédent commercial de produits transformés s’est poursuivi en avril (+179 millions d’euros sur un an) grâce aux échanges avec les pays hors UE. Celui-ci bénéficie principalement de la bonne tenue des exportations de vins (+40 millions d’euros) et de produits alimentaires (+36 millions d’euros).