Espagne : opération contre des trafiquants de viande de cheval

Par -


Une opération des forces de l’ordre était en cours vendredi dernier en Espagne contre un réseau de trafic de viande de cheval inapte à la consommation humaine, selon un porte-parole de la Garde Civile.

Selon le quotidien El Pais, l’opération vise en particulier un courtier néerlandais en viandes, Jan Fasen, poursuivi par la justice française dans le scandale dit des lasagnes à la viande de cheval qui avait touché plusieurs pays européens en 2013. Vingt-cinq personnes ont été arrêtées depuis mardi dans 16 provinces espagnoles, affirme le journal, qui ne précise pas si M. Fasen fait partie des personnes arrêtées. La Garde Civile a uniquement confirmé que des arrestations étaient en cours, expliquant que les détails de l’opération seraient divulgués aujourd’hui, lundi 10 avril.

D’après El Pais, deux abattoirs de la province de Leon (nord) sont en cause pour avoir introduit dans le circuit destiné à la consommation humaine de la viande provenant de chevaux destinés aux loisirs ou à la compétition, qui ne sont pas soumis aux mêmes contrôles sanitaires que les animaux destinés à la consommation. De la viande venant de chevaux malades ou volés aurait également été détectée. La viande était ensuite vendue en France, Belgique, Italie, Roumanie et aux Pays-Bas selon le journal.

Des ateliers de dépeçage et des éleveurs étaient impliqués dans le réseau. Selon El Pais, Jan Fasen s’est installé dans la région d’Alicante depuis environ un an et aurait mis en contact les producteurs espagnols avec des acheteurs européens. En 2016 Jan Fasen était poursuivi en France pour escroquerie en bande organisée. Il est soupçonné d’avoir vendu de la viande de cheval étiquetée viande de boeuf à des fournisseurs de l’industrie alimentaire, notamment la société française Spanghero.

L’affaire, qui avait démarré au Royaume-Uni début 2013, s’était étendue à toute l’Europe. Elle avait mis en lumière la complexité et l’opacité des circuits d’approvisionnement et de transformation. Plusieurs marques de surgelés, comme Findus et Picard, avaient été touchées, dans un contexte de tromperie massive portant sur 750 tonnes de viande écoulée dans 13 pays européens, soit 4,5 millions de plats cuisinés, avait révélé l’autorité française antifraudes (DGCCRF).