Brésil : démentèlement d’un réseau de vente de viande avariée

Par -


La police brésilienne a démantelé vendredi 17 mars un vaste réseau de vente de viande avariée, concernant des inspecteurs des services sanitaires et des géants du secteur agroalimentaire qui vendent aussi à l’international.

Fruit de deux ans d’enquête, l’opération, décrite comme « la plus importante de l’histoire » par la police fédérale (PF), a mobilisé 1.100 agents pour l’exécution de 309 mandats judiciaires, dont 27 interpellations, dans sept États du Brésil. Parmi les entreprises visées, deux géants du secteur agroalimentaires, JBS et BRF, selon les documents officiels envoyés à l’AFP par les autorités judiciaires du Parana (Sud).

Les aliments avariés étaient destinés aussi bien au marché brésilien qu’à l’exportation. Les actions de ces entreprises ont fortement chuté à la bourse de Sao Paulo. À 10h45 locales (13H45 GMT), les titres de BRF avaient enregistré un recul de 4,25%, contre 3,59 pour JBS, alors que l’indice Ibovespa était stable (+0,07%). « Des fonctionnaires recevaient des pots-de-vins pour faciliter la production d’aliments avariés, en émettant des certificats sanitaires sans avoir effectué d’inspections », a décrit la PF dans un communiqué.

Parmi les personnalités visées par l’enquête, Flavio Cassou, cadre de JBS, ainsi que Roney Nogueira dos Santos, directeur des relations internationales de BRF, et José Roberto Pernomian Rodrigues, vice-président du même groupe. Une porte-parole de JBS a pourtant indiqué à l’AFP qu’ »aucun mandat judiciaire » n’avait été émis contre ses cadres et qu’ »aucune fouille » n’avait été menée au siège de la société. L’entreprise assure par ailleurs « respecter scrupuleusement les normes sanitaires pour la production et la commercialisation d’aliments au Brésil et à l’étranger ». Le groupe BRF ne n’est pas encore prononcé à ce sujet.