Au Japon, des technologies en tout genre pour gourmets malins

Par -


D’une imprimante pour biscuits à une machine à brochettes de poulet, des industriels japonais ont déployé leurs dernières trouvailles technologiques cette semaine à Tokyo, l’un prétendant même faire de vous un chef sushi en un jour. Le drapeau de votre pays préféré, Hello Kitty ou un message personnalisé : les imprimantes couleur proposées par la compagnie Newmind sont capables d’esquisser n’importe quelle image sur toutes sortes de mets. « Nos biscuits, qui n’ont pas d’équivalent à l’étranger, se vendent plutôt bien auprès des touristes et beaucoup d’entre eux en achètent à l’aéroport avant de repartir dans leur pays », explique Yoshihiro Kiyosawa, un des responsables de la société.

Il y en a pour tous les goûts au Salon international des technologies du secteur de la restauration, qui réunit quelque 800 exposants jusqu’à vendredi dans la capitale japonaise. Ainsi, un peu plus loin, une machine enfile sur des bâtonnets en bois des morceaux de poulet, agrémentés de poireau, qui défilent sur un tapis roulant. Le résultat : de délicieux « yakitori », un populaire en-cas que les Japonais aiment savourer accompagné d’une bière fraîche. « Les vitesses de rendement vont de 300 à 20.000 brochettes par heure, selon la taille de la machine », assure Minoru Kojima, fondateur de Kojima Giken. « Et nous pouvons mettre en brochette quasiment n’importe quoi. Par exemple l’an dernier, nous avons conçu un outil pour assortir fruits et légumes, le genre de choses que vous dégustez à l’occasion de fêtes. Nous en avons vendu en France ».

Enfin, pour les amateurs de sushi, Suzumo Machinery propose une machine qui assemble le riz, une touche de wasabi – un condiment japonais piquant très proche du raifort – et une tranche de poisson frais avant d’envelopper délicatement le tout dans un emballage plastique frappé d’une date d’expiration, à un rythme de 2.000 pièces l’heure. « Préparer des sushi est vraiment quelque chose de très difficile, qui demande en général entre trois et cinq ans de pratique pour un professionnel avant de maîtriser la technique », souligne Ryosuke Murai, commercial de l’entreprise. « Avec cette machine, vous pourrez devenir dès demain un véritable professionnel », affirme-t-il.